Peut-on travailler avec un racer en France ?

Peut-on travailler avec un racer en France ?

Rédigé le 10/05/2019
fgiacomaggi

Est-ce la bonne question ? Ne faut-il pas plutôt se demander : quelles aptitudes faut-il pour utiliser un multirotor de façon professionnelle ? Comment exploiter les images tournées ? Un racer peut-il être utilisé pour filmer et si oui, quelles sont les obligations techniques, légales et commerciales ? Il est temps de faire la lumière sur ce sujet, particulièrement suite aux prestations réalisées récemment. Alors, quelles sont les conditions pour travailler avec un racer dans notre beau pays ?

Posséder une structure juridique

C’est évident, qui dit travail dit facturation. Et pour facturer il faut un numéro Siret ( un identifiant pro ). Donc être gérant d’une société, micro entrepreneur ( le nouveau terme qui remplace auto entrepreneur ), faire partie d’une association ou d’une autre forme légale permettant de fournir des prestations de services. Dans tous les cas, il faut obligatoirement être professionnel pour facturer, malgré les rumeurs persistantes affirmant le contraire.

Le permis de voler

Ce n’est pas parce que vous possédez un DJI ou un racer que vous avez le droit de travailler légalement avec. Il faut les compétences requises par la loi qui se composent comme le permis de conduire d’une partie théorique et d’une partie pratique :

  • le certificat d’aptitude théorique
  • l’attestation de formation pratique
La moitié du diplôme, dispo en E Learning

Le permis de filmer

Pour filmer depuis un aéronef, il faut faire une Déclaration d’activité de photographie et de cinématographie aérienne. Et ce, qu’on soit télé pilote ou non. En gros, il faut déclarer son activité audiovisuelle.

Les assurances pro et loisir

Si vous blessez quelqu’un avec votre machine et que vous êtes mal ou pas assuré, vous risquez de le regretter toute votre vie. C’est pour cela que la FFAM propose une assurance aux pratiquants de vols loisir et sportifs et que les assureurs couvrent les arrières des professionnels. Encore faut-il être parfaitement carré; c’est à dire avoir les bonnes attestations, une machine homologuée et voler sous le couvert d’un MAP, respecter les espaces aériens, déclarer à qui de droit les vols etc…

Pour tous les télé pilotes : Alphatango

Tout ce qui vole et emporte un autopilote ou autre système embarqué doit y être référencé. Des machines de loisirs supérieures à 800 g à celles des pros ( de toutes masses ). Studiosport a consacré un excellent pas à pas à cette démarche : https://blog.studiosport.fr/alphatango-comment-enregistrer-formation/. Les uns affirment que n’importe quel aéronef doit y être déclaré, même un Hubsan H107 de base… Difficile à croire, pourtant tout ce qui vole doit exister légalement argumentent les autres.

A déclarer sur Alphatango ou pas ?

Le problème de Betaflight

Sans parler des systèmes de sécurité présentes sur les multis de type DJI ou Yuneec qui permettent d’homologuer une machine du commerce, pour travailler il faut un firmware qui puisse, entre autres, gérer les prérequis liés à l’altitude et aux autres mesures de sécurité restrictives, difficilement adaptables sur un racer. En résumé, Betaflight n’est pas fait pour ça.

Betaflight est effectivement un firmware destiné au vol acro, centré sur les qualités de vol, la réactivité, les réglages fins etc… Il permet l’utilisation d’un GPS mais pas toutes les fonctions avancées obligatoires ( selon les scénarios de vol ). Il lui manque donc bien des options pour répondre aux exigences légales permettant un usage pro.

Alors, peut on vraiment travailler avec un racer en France ?

Ce n’est pas impossible mais les conditions s’accumulent. Pour avoir une réponse définitive, il faut éplucher la loi, trouver les solutions techniques, avoir les aptitudes, homologuer sa machine, être pro… Quant aux rumeurs qui circulent sur les formations accélérées à bas prix permettant de travailler avec un multirotor, cet article vous aura montrer qu’elles sont de toutes façons incomplètes. Les certificats et attestations et leurs obtentions ne permettent en aucun cas le travail aérien si ce dernier n’est pas accompagné de toutes les autres contraintes.

Et le travail à l’étranger ?

Si certains pays sont permissifs au niveau des vols loisirs ( USA ), sachez que pour un télé pilote pro il est nécessaire de demander les équivalences afin de travailler sereinement. En outre, les lois en Europe vont se niveler jusqu’à gommer les différences actuelles entre les pays de l’UE. En 2021, nous serons tous égaux.

Liens utiles et documentation